Le Manoir des lettres
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-16%
Le deal à ne pas rater :
Aspirateur balai Dyson V15 Detect Absolute (2023)
669 € 799 €
Voir le deal

Aller en bas
Le Manoir
Le Manoir
Admin
Messages : 808
Date d'inscription : 20/04/2021
https://lemanoirdeslettres.forumactif.com

Le bâtard de Nazareth, Metin Ardite (2023) Empty Le bâtard de Nazareth, Metin Ardite (2023)

Ven 22 Mar - 8:15
Le bâtard de Nazareth, Metin Ardite (2023) Le-bat10

Mamzer... Le mot est lâché dès le début du livre, "bâtard", en hébreu. Jésus est traité de mamzer par son camarade Samuel, sans comprendre le sens de ce mot. Il interroge Joseph, son père, charpentier à Nazareth, et il ne nie pas la vérité à l'enfant : non, il n'est pas son vrai père, et si tout le monde évite Marie, sa femme, la traitant de "sota " ("prostituée"), c'est parce qu'elle a été abusée par un soldat romain, Pantera, qui l'a mise enceinte ; lui, Joseph, a accepté de l'épouser.
Voilà comment débute Le bâtard de Nazareth, d'une supposition qui existe bien dans le Talmud où Jésus est appelé "Ben Pantera" (fils de Pantera), mais qui est niée par le christianisme : Jésus serait le fruit d'un viol, et Metin Arditi part de cette blessure originelle, le fait d'être rejeté par les autres ainsi que sa douce mère Marie, pour dire pourquoi ce jeune garçon a voulu remettre en cause la loi juive.
Dans ce roman, Metin Arditi nous raconte la vie de Jésus, la vie d'un homme animé par l'envie de faire le bien et d'assouplir des règles injustes et excluantes : la loi juive est trop stricte ; elle rejette les estropiés, les faibles. Le peuple élu, face à l'adversité, depuis l'exil et la destruction du Temple, se doit d'être fort. Mais Jésus réfute cette interprétation des textes. La phrase sacrée sur laquelle il s'appuie, c'est "Tu aimeras ton prochain comme toi-même".

"Je te l'ai dit. Je serais prêt à mille sacrifices si je pouvais rendre la Loi des Juifs plus douce et plus juste."


Écrivant un nouvel évangile, Metin Arditi s'efforce de montrer toute l'humanité de celui qui deviendra le Christ. Il narre les épisodes les plus célèbres, et s'il désacralise un Jésus debout sur une barque dans le brouillard du lac de Tibériade, et qu'on croit voir marcher sur l'eau, c'est pour mieux expliquer comment est née la religion chrétienne selon lui. Toute religion doit être fondée sur un mystère, voire sur la poésie. C'est Judas qui l'a compris, l'apôtre le plus proche de Jésus, le plus zélé, qui ordonnera qu'on enjolive la réalité et qu'on fasse de la vie de Jésus une légende.
Certains crieraient au blasphème... mais ce récit n'a rien de blasphématoire. Il est, comme d'autres romans avant lui (Soif d'Amélie Nothomb, L'Évangile selon Pilate d'E.E. Schmitt...), une manière de rendre à Jésus son côté humain et de faire de lui un semblable. Dans Le bâtard de Nazareth, Jésus aime et vit l'amour avec Marie de Magdala ; il aime Abraham, son âne ; il aime tous les gens qui l'entourent et, grâce à ses dons de guérisseur/ostéopathe, il émerveille autour de lui. Il parvient même à ébranler les convictions du Grand Prêtre du Sanhédrin, devant lequel il est traduit en justice, trop orgueilleux pour le reconnaître :

"Quel est ton mérite (lui-dit-il) à aimer ton prochain, si celui-ci te ressemble comme deux gouttes d'eau ? Ne serait-ce pas là un misérable calcul de commerçant, par lequel tu te donnes bonne conscience à peu de frais ?"

L'ambition de Jésus, c'est celle-ci :

"Aimer ton lointain (...), celui  qui ne te ressemble pas, parce qu'il a un pied bot, ou parce qu'il est sourd, ou parce qu'il ne sait pas qui est son père... ou encore parce qu'il vient d'ailleurs et qu'il est ton étranger, comme nous l'étions en Égypte..."

Jésus n'est pas un renégat. Il est juif :

"Juif il était, Juif il resterait, loyal aux siens, désireux de ramener la Loi à ses racines d'amour, de pardon et de charité. Pas de l'abolir."

Il pointe les incohérences de la Loi : pourquoi lapider la femme adultère, et non pas l'homme ? Pourquoi maudire sur des générations ? Pour lui, la pureté ne réside pas dans les lois alimentaires ni les ablutions, mais dans la pensée et les actes.
Relire les faits bibliques à la lumière d'un roman est toujours agréable ; et la narration de Metin Arditi nous happe dès les premières lignes.

CM


Le livre paraît en poche aux Éditions Points.
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum