Le Manoir des lettres
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-32%
Le deal à ne pas rater :
-32% Gigabyte G5 MF – PC portable 15,6″ – GeForce RTX™ 4050
749.99 € 1099.99 €
Voir le deal

Aller en bas
Le Manoir
Le Manoir
Admin
Messages : 808
Date d'inscription : 20/04/2021
https://lemanoirdeslettres.forumactif.com

Les dessous lesbiens de la chanson Empty Les dessous lesbiens de la chanson

Mer 5 Juin - 7:58
Les dessous lesbiens de la chanson 15432610


La collection féminine des Éditions Points regorge de textes intéressants. Récemment, nous avions parlé du pamphlet féministe d'Ovidie. Le 7 juin paraît une édition augmentée des Dessous lesbiens de la chanson, écrit par Léa Lootgieter et Pauline Paris. Cet ouvrage, paru en 2019, se propose de mettre en avant des chansons qui parlent des amours lesbiennes, chansons parfois méconnues ou dont on n'avait pas compris certains sous-entendus.
En quatre parties, l'histoire de ces chansons nous est racontée, précédée à chaque fois d'une illustration de Julie Feydel, gros plus qui fait de cet édition un beau livre.

Les dessous lesbiens de la chanson 20240611


Parmi tous ces textes et femmes qui ont chanté l'ambiguïté ou ouvertement l'amour lesbien, on trouve par exemple "Les Pingouins" de Juliette Gréco (1970), "Cavale" de Laura Cahen (2021), "De la main gauche" de Danielle Messia (1982), devenue un hymne lesbien après avoir été utilisée dans le film AnneTrister qui raconte une histoire d'amour entre deux femmes.
On découvre aussi des choses, des sous-entendus qu'on ignorait dans des chansons telles que "Doigts" de Françoise Hardy, voire "J'ai deux amours" de Joséphine Baker. On a quelques doutes sur la surinterprétation de "Comme un Ouragan", difficile à percevoir comme une chanson crypto-lesbienne, mais qui est, selon les auteurs, est vue comme telle dans le milieu LGBT. Il fallait aussi comprendre que "Les Puces" d'Isabelle Mayereau parle des lesbiennes... Des éclairages sur plus d'un siècle de chansons (Marlène Dietrich, Betty Mars, Gribouille...) nous sont donnés dans cet essai. Léa Lootgieter et Pauline Paris analysent les chansons, mais surtout retracent leur contexte et rappelle la vie de leurs auteurs ou interprètes.
Il nous est redit, si on ne le savait pas encore, que le célèbre "Joe le taxi" a pour modèle non pas un homme, mais une femme sud-américaine qui a participé aux nuits de Paris, lesbienne notoire.
Pour notre plus grand plaisir, "Maman a tort" de Mylène Farmer n'est pas oubliée... et "India song", chantée par Jeanne Moreau en 1975, est à redécouvrir dans une reprise par Léonie Pernet :

Chanson,
Toi qui ne veux rien dire
Toi qui me parles d'elle
Et toi qui me dis tout
Ô, toi,
Que nous dansions ensemble
Toi qui me parlais d'elle
D'elle qui te chantait
Toi qui me parlais d'elle
De son nom oublié


Les dessous lesbiens de la chanson 44681010



Les éditions Points proposent en plus de retrouver la playlist complète sur Spotify, grâce à un QR code donné en début de livre.
Les dessous lesbiens de la chanson 20240610

https://www.editionspoints.com/ouvrage/les-dessous-lesbiens-de-la-chanson-lea-lootgieter/9791041413324
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum